Agrobiodiversité

Les écosystèmes agricoles ou agroécosystèmes sont les écosystèmes utilisés pour l’agriculture. Ils s’utilisent de la même manière et partagent des composantes, des interactions et des fonctions analogues. Les agroécosystèmes incluent des polycultures, des monocultures et des systèmes mixtes, tels que les systèmes associant culture et élevage, les systèmes agrosilvo-pastoraux, l’aquaculture ainsi que les prairies, les pâturages et les terres en jachère. Ils existent dans le monde entier - que ce soit dans les régions humides ou sèches, les plaines ou les montagnes - et leurs interactions avec les activités humaines, y compris les activités socioéconomiques et la diversité culturelle, sont déterminantes.

La biodiversité fournit les matières premières et l’association de gènes nécessaires à la génération d’espèces végétales et de races animales qui sont indispensables à l’agriculture. Des milliers de variétés de cultures et de races, génétiquement diverses et uniques, doivent leur existence à 3 000 millions d’années d’évolution biologique naturelle ainsi qu’à la sélection et aux soins attentifs de nos ancêtres bergers et agriculteurs depuis la naissance de l’agriculture il y a environ 12 000 ans. Les ressources phytogénétiques et zoogénétiques ont une valeur inestimable pour toute l’humanité. A mesure que la diversité génétique diminue, notre capacité à maintenir et à améliorer la productivité agricole, animale et forestière s’affaiblit, tout comme nos moyens de répondre aux changements. Les ressources génétiques sont essentielles à l’amélioration de la sécurité alimentaire et des conditions de vie humaine.

La diversité des aliments s’appauvrit : 80 % des variétés de tomates et 92% des variétés de laitues ont été perdues au cours du XXème siècle.

Les organismes vivants sont interdépendants, intimement reliés dans les processus de naissance, de mort et de renouveau. Les êtres humains ne sont qu'une infime partie de cette mosaïque vivante, mais ils exercent une pression croissante sur les espèces et sur l'environnement. Ainsi, nombre de plantes et d'animaux sont menacés de même que des processus naturels essentiels comme la pollinisation par les insectes et la régénération des sols par les micro-organismes. La biodiversité agricole est fondée sur une immense variété de plantes cultivées et d'animaux domestiqués.

Pourtant, l'homme assure 90 % de ses besoins alimentaires d'origine animale avec uniquement 14 espèces mammifères et avicoles. Et quatre espèces seulement - blé, maïs, riz et pomme de terre - couvrent la moitié de ses besoins énergétiques tirés des végétaux. Pour nourrir une population en constante expansion, l'agriculture doit être intensifiée afin de fournir davantage de nourriture. En outre, il sera capital d'accroître sa capacité de récupération en conservant une vaste gamme de formes de vie possédant des caractéristiques uniques, telles que les arbres qui survivent à la sécheresse ou le bétail qui se reproduit dans des conditions difficiles. Les pratiques d'agriculture durable peuvent à la fois nourrir les hommes et protéger les océans, les forêts, les prairies et autres écosystèmes abritant la diversité biologique. Jusqu'à présent, les scientifiques ont identifié environ 1,4 million d'espèces végétales et animales connues sur terre. On estime à environ 100 millions le nombre d’espèces existantes. Les êtres humains comptent sur cette diversité pour se nourrir, se loger et se procurer des biens et des services ainsi que des moyens d'existence.

Mais la croissance des populations menace la biodiversité. Le plus grand péril est la dégradation des habitats naturels. Les espèces sauvages risquent de disparaître lorsque leurs habitats sont détruits. La pollution, l'urbanisation, la déforestation et la conversion des terres humides contraignent la faune sauvage à abandonner ces sites. La mauvaise gestion de l'agriculture, des forêts et des pêches ne fait qu'accélérer ce processus destructeur.

www.kokopelli.asso.fr
www.semencespaysannes.org